Mer et Marine

Ponant icebreaker, info ou intox ?
décembre 2017

La compagnie maritime Ponant a annoncé ce mois la mise en chantier de son futur brise glace "Ponant icebreaker". Un navire PC2 qui pourrait parvenir par ses propres moyens au pôle géographique, soit 90° de latitude nord. En d'autres termes, fendre des glaces de plus de 3 mètres. Un navire qui se passerait donc , grâce à sa motorisation ABB , des ouvreurs de route russes de type NS 50 Let Pobedy, "les 50 ans de la Victoire"


ABB, le motorisateur, travaille en effet depuis plusieurs années sur des azipods capables de forcer des glaces de 3 mètres pour équiper la classe russe en construction "Universal Atomic Icebreaker" dont les commanditaires attendent qu'elle puisse briser une banquise de 3 à 4 mètres.

Cette annonce cependant ne manque pas de susciter de nombreuses réactions : comment un navire de classe PC2 pourrait il parvenir au pôle géographique par ses propres moyens ? Une telle avancée technique serait révolutionnaire et il y a à parier qu'il faudrait dans ce cas revoir les classifications actuelles.

Une autre question émerge : comment les azipods seront ils préservés des chocs causés par la fracturation de la glace sur les pales des hélices ? Quid de la maintenance et des coûts engendrés ? Les premiers tests menés par Aker sont cependant concluants pour briser 3 mètres de glace pluri-annuelle en marche arrière avec des pods ABB

Et l'effet d'annonce pour Ponant est d'importance : être le premier à posséder son brise glace, c'est augmenter sa visibilité commerciale dans un marché qui , bien que réparti entre peu d'acteurs, devient toujours plus concurrentiel.