3 mois dans une communauté inuit. Uummannaq, Nord Groenland


Vidéo : sur la dernière banquise






En prévision de la débacle, une sortie sur la banquise pour aller chercher le matériel de pêche. 3 jeunes chiens et le chef de meute suffisent pour atteindre de belles vitesses sur une banquise ou la glace effleure. Une mince couche de neige facilite l'accroche et évite que l'ensemble ne glisse de travers et que les chiens ne patinent. Hans Groenvold, musher très expérimenté lit la glace avec une facilité déconcertante. Sur le chemin, il expliquer la grammaire glaciaire et met en garde : "Tourné vers toi, tout va bien. Mais quand je regarde devant, c'est pour me concentrer sur la route et éviter les trous dans la banquise. Si nous tombons dans l'eau, reste sur le traîneau. Les chiens tireront pour nous en sortir". Plus loin, il ordonne l'arret à l'attelage, sur un sillon bleu miroitant ou une mince piste blanche. Brisant la couche de glace pour en tester l'épaisseur, il prévient : "Certains endroits sont dangereux aux abords de l’île ou les crevasses s'élargissent, et ici dans cette zone d'ombre de la montagne. La glace y est trop jeune".
Nous reprenons notre course en direction du Nord-Est. La banquise y est encore épaisse d'une bonne quarantaine de centimètres. " Par là, en juin, il y a des chances que l'on puisse venir avec le traîneau et les chiens".


Autres vidéos :

Tempête sur la débacle
La préparation
Sur la dernière banquise
Retour d'Ikerasak